ANALYSES D’ANCIENS SQUELETTES D’ESCLAVES AU DELAWARE | Historia

You are here

ANALYSES D’ANCIENS SQUELETTES D’ESCLAVES AU DELAWARE

À Rehoboth Bay, dans l’état du Delaware, des archéologues ont mis au jour des sépultures qui se sont révélées être celles d’esclaves du 17e siècle. Une découverte somme toute rare qui nous permet de mieux comprendre les conditions de vie des esclaves sur les plantations du territoire nord-américain…


Photo: Donald E. Hurlbert/Smithsonian Institution

Des fouilles sur une ancienne plantation :


(Source)

Aux 17e -19e siècles, la région de Rehoboth Bay au Delaware était notamment connue pour ses plantations de tabac, un produit des Amériques devenu populaire en Europe. Depuis plusieurs années, les États américains essaient de préserver et mettre en valeur l’histoire de plusieurs des grandes plantations des États-Unis, qui fonctionnaient pour la plupart grâce à l’esclavage. C’est le cas de la plantation Avery’s Rest au Delaware, qui est fouillée par les archéologues depuis 2006 afin de mieux comprendre l’histoire et le fonctionnement de cette plantation.


(Source)

Des sépultures avaient été mises au jour en 2012 et les archéologues croyaient bien avoir trouvé ainsi les corps d’anciens esclaves. Le résultat des analyses des squelettes vient d’être publié et nous révèle qu’il s’agit de corps de membres de la famille et de corps d’esclaves, qui avaient été quant à eux inhumés quelque peu en retrait des autres. Ces 11 corps au total  sont très anciens, notamment dans la perspective de l’histoire de l’esclavage aux États-Unis, puisqu’ils datent des années 1660-1690.

Des conditions de vie difficiles:


Un des crânes étudié
Photo : Kate D. Sherwood/Smithsonian Institution

Les résultats, notamment ceux du squelette d’un homme de 35 ans d’origine africaine, commencent à nous livrer des informations sur les conditions de vie des esclaves à cette époque. La dentition démontre des cavités dans les dents qui sont le résultat d’usure à force de mâchouiller une pipe. Le corps démontre aussi des traces de traumatismes physiques, comme un morceau d’os de son arcade sourcilière manquant, qui pourrait être le résultat d’un coup de sabot de cheval ou de coups donnés avec un objet contondant. Les archives historiques démontrent en effet que le propriétaire de la plantation de l’époque, John Avery, avait mauvais caractère et cet ancien capitaine et juge avait déjà frappé un avocat avec sa canne… Une mauvaise chute pourrait aussi expliquer sa mort hâtive.


(Source)

La colonne vertébrale de cet homme démontre aussi une vie de dur labeur, marquée par le transport ou le déplacement de lourdes charges. Les archéologues, les anthropologues et les historiens doivent maintenant travailler de concert afin de confirmer l’identité des esclaves. Si la reconstitution 3D du visage peut aider et est envisagée, c’est la recherche dans les archives de la plantation qui pourront le mieux favoriser l’identification, bien que les esclaves étaient souvent comptés avec le bétail à l’époque.

Une belle preuve de ce que la collaboration entre diverses disciplines peut apporter à nos connaissances du passé!

Vous avez aimé cet article? Historia vous propose de lire aussi Nouvelle découverte liée aux «sorcières de Salem» et Une histoire de l'origine des esclaves africains.

Spécialisée en histoire ancienne, Evelyne Ferron enseigne l’histoire de l’Antiquité à l’Université de Sherbrooke et à l’Université du Québec à Chicoutimi, ainsi que l’histoire générale au Collège Mérici, à Québec. Chroniqueuse-historienne à la radio et intervenante à la télévision sur des sujets historiques très  variés, elle a le nez constamment plongé dans l'actualité  afin de faire des liens entre le passé et aujourd’hui.

Retrouvez-la aussi sur Twittersur sa page Facebook ou encore sur la communauté Historiophiles.

 

  

 

 

 

Nouveaux épisodes

Le facteur génie

Nos ancêtres les extraterrestres s7 é5

Une visite chez Franco

Truck non stop s2 é5

Slip Yoke

Truck non stop s2 é6

QUIZ

Nous voici donc entrés activement dans la période des...
Le Canada célèbre son 150e anniversaire et les...