Braqueurs : L’affaire du Musée des beaux-arts de Montréal | Historia

You are here

Braqueurs : L’affaire du Musée des beaux-arts de Montréal

Le vol au Musée des beaux-arts de Montréal, en 1972, est encore considéré, à ce jour, comme le crime de ce type le plus impressionnant du siècle au Canada! À l’époque, la valeur des œuvres dérobées s’estimait à près de 2 millions$. Aujourd’hui, soit précisément 45 ans plus tard, cette somme atteint les 75 millions$. Regard sur ce que certains qualifient de véritable « chef-d’œuvre » criminel!

Montréal, le 4 septembre 1972. C’est le week-end de la fête du travail et tout semble paisible, en cette nuit de fin d’été. Puis, à l’insu de tous, les choses commencent à s’animer au 1380 rue Sherbrooke Ouest... Effectivement, quelque part entre 1 h 50 et 3 heures du matin, trois voleurs s’introduisent dans le Musée des beaux-arts de Montréal par un puits de lumière du toit. Comment cela fut-il possible? En raison de travaux effectués sur les lieux, une partie du système d’alarme est débranchée. Puis, les ouvriers ont laissé une échelle sur place. On devine donc que, durant les semaines précédentes, les malfaiteurs ont surveillé les rénovations du musée, afin de trouver le meilleur moment pour commettre leur crime.

Dès leur arrivée à l’intérieur du musée, les trois voleurs – tous munis de cagoules, de mitraillettes et de fusils – parviennent à maîtriser un agent de sécurité qui termine sa ronde au deuxième étage. Pendant que l’un des malfaiteurs le surveille, les deux autres s’attèlent à la tâche qui les intéresse : faire passer des objets d’art de grande valeur par le toit, à l’aide d’une corde. Ils se dirigent ensuite vers la sortie arrière du musée, espérant parvenir à s’emparer d’objets de plus grande taille. Leur plan échoue cependant quand le système d’alarme se déclenche. C’est ainsi qu’ils prennent la fuite…

En tout, ce sont 18 tableaux et 39 objets précieux, dont des bijoux anciens, qui sont disparus du Musée des beaux-arts de Montréal en cette nuit du 4 septembre 1972. À elle seule, la peinture à l’huile Paysage avec chaumières de Rembrandt vaut 1 million$. Tous ces objets d’art volés n’ont jamais été retrouvés. Un seul tableau a été « relocalisé » quelques mois plus tard, dans un casier de la gare centrale de Montréal : Paysage avec charrette et vaches de Brueghel l’Ancien. Selon des experts, cette toile n’était pas une œuvre authentique du célèbre peintre, ce qui expliquerait son abandon par les malfaiteurs.

Aucune description physique des voleurs – outre le fait qu’ils portaient des cagoules – ni de leur véhicule n’a pu être faite. À ce jour, on suppose que les superbes œuvres dérobées décorent la luxueuse maison d’un riche caïd…

Le sujet vous intéresse ? Ne manquez pas l'épisode de Braqueurs sur L’affaire du Musée des beaux-arts de Montréal diffusé sur Historia le dimanche 7 janvier 21h.

En attendant la diffusion de l'épisode, voyez un extrait :

Mots clés: 

Nouveaux épisodes

Le Manoir Hamilton de New Carlisle

Les récupérateurs s3 é7

La ferme ancestrale de Drummondville

Les récupérateurs s3 é6

L’usine Ayers de Lachute

Les récupérateurs s3 é5

QUIZ

Au printemps, on aime se sucrer le bec dans l’une des...
Les voitures italiennes sont à l’honneur dans l’...