Dur à croire : Une épidémie de danse au Moyen-Âge | Historia

You are here

Dur à croire : Une épidémie de danse au Moyen-Âge

Dans l’histoire de l’humanité, on s’entend qu’on peut noter de nombreux moments dits cocasses ou absurdes, mais totalement véridiques. Eh bien, saviez-vous qu’à l’époque du Moyen-Âge, on a eu droit à une épidémie de danse?!


Gravure de Hondius, 1642, réalisée d’après le dessin de Bruegel d’une danseuse épileptique à Moelenbeek, près de Bruxelles en 1564

Un petit voyage dans le temps s’impose pour tenter de comprendre le tout…

En 1518, un mal bien bizarre s’empare de nombreux habitants de Strasbourg, en Alsace. À titre informatif : l’Alsace est désormais considérée comme une région de la France, mais à l’époque, elle appartenait au Saint-Empire romain germanique. Peu importe : d’une façon ou d’une autre, cet épisode de l’histoire reste plus que marquant!

Revenons-en aux faits. En juillet 1518, une femme du nom de Frau Troffea se met à danser au beau milieu d’une rue de Strasbourg, de façon inattendue et incontrôlable, avec beaucoup de ferveur et d’entrain… Ce qui rend la danse de Mme Troffea plus impressionnante qu’une autre, ce n’est pas nécessairement ses aptitudes de danseuse, quoique ça, on l’ignore! C’est extrêmement étrange, car la dame en question a dansé, dansé et dansé pendant quatre à six jours. Rapidement contagieuse, sa « maladie » a été transmise à 34 personnes en une semaine seulement, pour finir par s’étendre à près de 400 nouveaux danseurs en un mois!

Rejetant toute possibilité qu’il puisse s’agir d’un événement surnaturel, les médecins locaux préfèrent blâmer le sang trop chaud de ces personnes, impliquant ainsi que ce n’est ni plus ni moins qu’une maladie naturelle. On se souvient qu’à l’époque, la saignée était le moyen de prédilection pour venir à bout de n’importe quel virus ou mal. Pourtant, les autorités choisissent plutôt de laisser danser leurs malades, croyant qu’ils s’arrêteront nécessairement quand ils seront à bout de forces. Et pourquoi ne pas tous les regrouper sur une scène, tant qu’à y être, et leur fournir des musiciens? Eh bien, c’est exactement ce qu’ils font!

Malheureusement, un bon nombre de ces danseurs malades finit par trouver la mort à la suite d’un épuisement excessif, d’un arrêt cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral.

Puis, l’épidémie de danse finit par disparaître aussi soudainement qu’elle est apparue…

 

Par : Anne-Marie Lobbe

 

Mots clés: 

Nouveaux épisodes

Le Manoir Hamilton de New Carlisle

Les récupérateurs s3 é7

La ferme ancestrale de Drummondville

Les récupérateurs s3 é6

L’usine Ayers de Lachute

Les récupérateurs s3 é5

QUIZ

Au printemps, on aime se sucrer le bec dans l’une des...
Les voitures italiennes sont à l’honneur dans l’...