LE F.B.I. À LA RESCOUSSE POUR ÉLUCIDER UN MYSTÈRE DE MOMIE ÉGYPTIENNE | Historia

You are here

LE F.B.I. À LA RESCOUSSE POUR ÉLUCIDER UN MYSTÈRE DE MOMIE ÉGYPTIENNE

Le musée des Beaux-arts de Boston avait dans ses collections une tête de momie égyptienne que ses conservateurs n'avaient jamais exposé avant 2009 et n'avaient jamais pu identifier. La tête appartenait-elle au propriétaire du tombeau duquel elle avait été extraite? Pour l'identifier, le Musée a finalement fait appel aux spécialistes du F.B.I....


(Source)

La découverte d'un tombeau en 1915:


L'ouverture de la tombe 10A en 1915
(Source)

Le 2 avril dernier, le New York Times publiait une histoire d'enquête tout à fait fascinante liée à l'identification d'une tête de momie égyptienne. L'article explique qu'en 1915, des archéologues américains ont mis au jour un tombeau caché dans la nécropole égyptienne de Deir el-Bersha. Le tombeau avait hélas été pillé depuis l'Antiquité et les pilleurs avaient même incendié le site afin de cacher leur méfait. 


Un des panneaux du cercueil
(Source)

À l'intérieur de la chambre funéraire, ils firent la découverte pour le moins macabre d'une tête de momie sur le couvercle d'un cercueil de bois. Identifiée comme la tombe 10A, les archéologues ont pu lire les inscriptions et l'attribuer à un gouverneur de l'époque du Moyen Empire nommé Djehutynakht et à son épouse. Les archéologues ont pu sauver certains artéfacts en plus de la tête et les ont envoyé au Musée des Beaux-arts de Boston en 1921, où ils sont restés tablettés jusqu'en 2009, année où le musée a décidé de les inclure dans une exposition.

Identifier une tête de plus de 4000 ans:


(Source)

Lors de l'exposition, la tête momifiée a fait sensation auprès du public et le Musée a décidé d'essayer de l'identifier. Mais comment extraire de l'ADN d'une tête de 4000 ans et comment l'utiliser pour tenter une quelconque identification? La tête manquait de plus des morceaux de mâchoire et d'os de joue, ce qui pouvait nuire à une reconstitution faciale pour aider au moins à identifier le sexe. Face à ces difficultés, le musée a fait appel aux spécialistes des enquêtes médico-légales du F.B.I, habitués à des analyses d'identification de victimes difficiles.


Statuettes du gouverneur et de son épouse
(Source)

Ces derniers sont parvenus à extraire de l'ADN d'une molaire, facile à atteindre puisqu'ils n'avaient qu'une tête décapitée avec laquelle travailler. Il a fallu attendre des analyses réalisées en 2016 pour avoir la confirmation que cette tête était celle d'un homme. Il s'agit donc très probablement de la tête du gouverneur Djehutynakht!

Ces rares échantillons d'ADN ont aussi permis d'amorcer des recherches sur les origines ethniques des anciens Égyptiens. Mais ça, c'est une autre histoire!

Vous avez aimé cet article? Historia vous propose de lire aussi À LA RECHERCHE DE LA TOMBE D' ÂNKHÉSENAMON, FEMME DE TOUTANKHAMON et DÉCOUVERTE D'UNE TOMBE DE SCRIBE DE L'ÉGYPTE ANCIENNE.

Spécialisée en histoire ancienne, Evelyne Ferron enseigne l’histoire de l’Antiquité à l’Université de Sherbrooke et à l’Université du Québec à Chicoutimi, ainsi que l’histoire générale au Collège Mérici, à Québec. Chroniqueuse-historienne à la radio et intervenante à la télévision sur des sujets historiques très  variés, elle a le nez constamment plongé dans l'actualité  afin de faire des liens entre le passé et aujourd’hui.

Retrouvez-la aussi sur Twittersur sa page F

Nouveaux épisodes

Le Manoir Hamilton de New Carlisle

Les récupérateurs s3 é7

La ferme ancestrale de Drummondville

Les récupérateurs s3 é6

L’usine Ayers de Lachute

Les récupérateurs s3 é5

QUIZ

Au printemps, on aime se sucrer le bec dans l’une des...
Les voitures italiennes sont à l’honneur dans l’...