MOSSOUL, UN PATRIMOINE HISTORIQUE À PROTÉGER | Historia

You are here

MOSSOUL, UN PATRIMOINE HISTORIQUE À PROTÉGER

Depuis 2014, l'organisation État Islamique a fait des ravages importants en ce qui a trait au patrimoine archéologique et historique de plusieurs régions du Moyen-Orient, notamment en Syrie et plus récemment en Irak. Les images de propagande mettant en scène des destructions de monuments antiques aux explosifs ont fait le tour du monde. La ville de Mossoul en Irak est maintenant libérée et les spécialistes évaluent présentement l'état des dommages. Saisissons l'occasion pour nous intéresser brièvement au patrimoine historique de cette ville irakienne.


Vestiges endommagés de Nimrud
(Source)

Une des plus anciennes villes d'Irak:


(Source)

La ville de Mossoul est la deuxième plus importante ville d'Irak après Bagdad et son histoire remonte à celle des grands royaumes et Empires des civilisations mésopotamiennes, plus particulièrement aux puissants Assyriens et aux Akkadiens à partir de 2300 av. J.-C. Peuple guerrier, les Assyriens ont en effet réussi à conquérir et dominer toute la région de l'antique Mésopotamie, mais aussi le couloir syro-palestinien, surtout après la période dite akkadienne (2334-2154 av. J.-C.).


Gardes assyriens, Musée du Louvre
(Source)

Ils ont construit de nombreuses villes comme Nimrud et Ninive, dont les précieux vestiges découverts depuis le début du 20e siècle permettent de mieux connaître cette civilisation unique qui a su dominer un vaste territoire grâce à sa puissante armée, mais aussi par l'entremise d'une administration très serrée et parfois punitive. Les tablettes d'argiles cuites par le concours d'incendies dans les palais assyriens sont aussi une source exceptionnelle d'informations sur l'histoire de la région mésopotamienne, berceau des premières civilisations!


Un tombeau intact découvert en février
Photo: Jérémy André

Les sites des anciennes villes assyriennes sont comme des capsules temporelles uniques au monde pour les archéologues et les historiens. Beaucoup de vestiges et d'artéfacts sont encore à découvrir au gré des saisons de fouilles! En février cette année, des archéologues ont par ailleurs fait une étonnante découverte d'un tombeau assyrien datant d'environ 600 av. J.-C... sous les vestiges d'un temple détruit quelques semaines auparavant par les membres de l'État Islamique.


Siège de Mossoul au 13e siècle
Photo: BNF

Mossoul a aussi connu une riche histoire commerciale après les conquêtes arabes à partir du VIIe siècle, renommée entre autres pour les étoffes haut de gamme comme la mousseline et le coton, mais également pour son marbre. Ce rôle commercial s'explique notamment par la position géographique stratégique de la ville au cours du Moyen Âge, aux abords du Tigre et au coeur des routes caravanières la liant à l'ancienne Perse (Iran) et l'actuelle Syrie. Ce qui en fit une cible lors des guerres qui la firent passer sous les dominations perse puis ottomane, dont elle conserve plusieurs traces architecturales. 

Monuments et sites sous surveillance:


Ruines du musée de Moussoul, mars 2017
Photo: Reuters

Depuis 2015, mais surtout depuis le début de l'année 2017, l'État islamique a hélas occupé Mossoul et s'est attaqué à de nombreux sites et vestiges anciens, les considérant comme des insultes à l'Islam. Même le musée de la ville a été saccagé et pillé. Si ces destructions sont réalisées afin de faire une forme de publicité à cette organisation et de détruire le passé pré-islam, l'objectif sous-jacent reste la vente d'artéfacts anciens sur le marché noir des antiquités.


Une des anciennes portes de Ninive, aujourd'hui gravement endommagée
(Source)

Depuis la libération finale de la ville il y a quelques semaines, les archéologues sont maintenant en train d'évaluer les dommages. Il y aura beaucoup à faire dans les prochaines années. Ils devront essayer de remettre leur musée sur pied, essayer de reconstituer certains monuments assyriens détruits par des pelles mécaniques et non pas par explosifs du côté de Ninive et restaurer certains monuments chrétiens et arabes qui n'ont pas été entièrement détruits.


La destruction du minaret Al-Hadba le 21 juin dernier
Photo: AFP

Car les anciens monuments musulmans chiites ont aussi été visés par l'organisation. Rien ne pourra hélas être fait pour un des symboles même de la ville, le minaret penché Al-Habda, mesurant plus de 45m mètres de haut, de la mosquée Al Nuri. La mosquée datant environ du XIIe siècle et une grande partie du minaret ont été détruits le 21 juin dans un dernier effort de l'État Islamique pour effacer le passé de Mossoul. 

Les guerres laissent des cicatrices certes et avant tout humaines, mais elles attaquent aussi la mémoire du passé. Heureusement, en 2017, les nouvelles technologies comme les reconstitutions 3D peuvent nous aider à garder des traces des vestiges disparus. Une histoire à suivre pour Mossoul...

Vous avez aimé cet article? Historia vous propose de lire aussi Palmyre, un site historique unique au monde et L'histoire d'amour derrière le Taj Mahal.

Spécialisée en histoire ancienne, Evelyne Ferron enseigne l’histoire de l’Antiquité à l’Université de Sherbrooke et à l’Université du Québec à Chicoutimi, ainsi que l’histoire générale au Collège Mérici, à Québec. Chroniqueuse-historienne à la radio et intervenante à la télévision sur des sujets historiques très  variés, elle a le nez constamment plongé dans l'actualité  afin de faire des liens entre le passé et aujourd’hui.

Retrouvez-la aussi sur Twittersur sa page Facebook ou encore sur la communauté Historiophiles.

 

  

 

  

 

Nouveaux épisodes

Par les liens du sang Partie 2

La malédiction d'Oak Island s4 é16

Par les liens du sang Partie 1

La malédiction d'Oak Island s4 é15

Des rondins et des pierres

La malédiction d'Oak Island s4 é14

QUIZ

Nous voici donc entrés activement dans la période des...
Le Canada célèbre son 150e anniversaire et les...