PREUVES DE SACRIFICES HUMAINS CHEZ LES CHIMU? | Historia

You are here

PREUVES DE SACRIFICES HUMAINS CHEZ LES CHIMU?

Les archives espagnoles liées à la colonisation en Amérique du Sud, de même que certaines découvertes archéologiques au gré des décennies, ont démontré l'existence de la pratique de sacrifices humains notamment chez les Aztèques et les Incas. De récentes fouilles archéologiques au Pérou viennent jeter un autre éclairage sur cette pratique, chez la culture chimù cette fois.


Photo: Reuters

Des corps d'enfants sacrifiés au Dieu de la pluie?


Photo: Reuters

À la fin de l'année 2017, des travailleurs de la construction péruviens travaillant sur des canalisations sont tombés sur ce qui ressemblait à des tombes anciennes et ont immédiatement prévenu les archéologues. Le site, situé près de la côte pacifique dans la ville de Huanchaco, contient les tombes de plus de 77 personnes, renfermant, outre des squelettes en assez bon état de conservation, de magnifiques pièces de poterie.


Photo: Reuters

Les squelettes et artéfacts découverts appartiennent à des cultures pré-incas, notamment aux Viru, Salinar et aux Chimù. Ce sont par ailleurs les squelettes de douze enfants chimù qui ont attiré l'attention ces derniers jours puisqu'en les analysant, les archéologues ont réalisé que les corps portaient des marques d'objets tranchants sur les os des cages thoraciques, laissant penser que ces enfants sont potentiellement des victimes de sacrifice humain.


(Source)

En effet, ces marques laisseraient penser qu'on a tenté de retirer le cœur des cages thoraciques... En regard de l'endroit où les corps ont été découverts, les archéologues croient que ces enfants ont probablement été sacrifiés au nom du dieu de la pluie en période de sécheresse.

Qui étaient les Chimù?


Une des poteries découvertes parmi les tombes
Photo: Reuters

Le peuple chimù a habité la région de la ville actuelle de Trujillo au Pérou de l'an 900 jusqu'à la conquête par les Incas vers 1470. Nous le connaissons surtout grâce à des sépultures et des poteries aux peintures noires très distinctives, représentant entre autres des scènes sexuelles ou des divinités. Contrairement aux Incas, ils vénéraient davantage la lune que le soleil, qu'ils considéraient comme plus puissante.


Photo: Reuters

Du point de vue social, les Chimù étaient très hiérarchisés avec à leur tête une aristocratie régnante qui prenait la majorité des décisions politiques et administratives importantes, suivie de chefs de guerre, de responsables des cultes et du reste de la population. La ville centrale et la plus importante semble avoir été Chan Chan et c'est de cette ville que les autres localités étaient supervisées afin que la gestion de l'eau et des ressources agricoles soient adéquates pour nourrir les populations.

À ces connaissances s'ajoute désormais la pratique de sacrifices humains rituels, qui continueront d'être étudiés dans les prochains mois!

Vous avez aimé cet article? Historia vous propose de lire aussi DES NOUVELLES DES MAYAS et DÉCOUVERTE D'UNE TOMBE DE SCRIBE DE L'ÉGYPTE ANCIENNE.

Spécialisée en histoire ancienne, Evelyne Ferron enseigne l’histoire de l’Antiquité à l’Université de Sherbrooke et à l’Université du Québec à Chicoutimi, ainsi que l’histoire générale au Collège Mérici, à Québec. Chroniqueuse-historienne à la radio et intervenante à la télévision sur des sujets historiques très  variés, elle a le nez constamment plongé dans l'actualité  afin de faire des liens entre le passé et aujourd’hui.

Retrouvez-la aussi sur Twittersur sa page Facebook ou encore sur la communauté Historiophiles.

 

 

Nouveaux épisodes

Le Manoir Hamilton de New Carlisle

Les récupérateurs s3 é7

La ferme ancestrale de Drummondville

Les récupérateurs s3 é6

L’usine Ayers de Lachute

Les récupérateurs s3 é5

QUIZ

Au printemps, on aime se sucrer le bec dans l’une des...
Les voitures italiennes sont à l’honneur dans l’...